Communiqué de presse, Membre, Slideshow

Catalogues optiques: le début d’une révolution

Après 5 ans d’efforts, EDI-Optique lève le jour sur l’OPTO v11, un nouveau standard de catalogues optiques. Plus de qualité, plus de fonctionnalités, voici les deux principaux atouts d’une révolution désormais en marche. De nombreux industriels annoncent d’ores et déjà leur adoption du standard. Un florilège de catalogues électroniques sera mis à disposition des opticiens dès le Silmo.

Il aura fallu la contribution de 80 experts, la définition de plus de 600 propriétés de verres, montures, lentilles, produits d’entretien et accessoires, la collaboration de spécialistes pour mener à bien 6 expérimentations pilotes, pour achever la tâche herculéenne que s’était assignée EDI-Optique en 2006: la création d’un standard universel de catalogues optiques.

Les attentes des uns et des autres sont à la mesure de l’effort accompli. Ainsi pour Benjamin Guérin, chef de projet chez Alain Affelou, «notre activité de centrale de paiement nous impose de fournir à nos franchisés un maximum d’information et de services annexes liés à leur activité. Nous comptons sur ce nouveau standard pour nous aider dans cette mission.» De son côté, pour Marie-Pierre Milovanovic, Directrice des systèmes d’information d’Atol les opticiens «L’OPTO v11 pour Atol est avant tout le moyen d’uniformiser les catalogues verres, montures et lentilles. Nous visons une amélioration de la qualité des informations redescendues dans le logiciel de gestion de magasins AS², en place dans les magasins Atol.»

 

Passage à une nouvelle étape

Les standards sont maintenant arrivés à leur stade de maturité. Pour Gilles Sauvanaud, Président de l’Association EDI-Optique, «depuis sa création EDI-Optique, en missionnaire, a prêché et élaboré les bases pour pouvoir numériser les échanges entre tous les acteurs de la filière optique. Aujourd’hui, il est temps de déployer avec rapidité et efficacité. Les échanges EDI doivent amener des gains de productivité qui, réinvesti a bon escient, doivent aider notre industrie à se focaliser sur la création de valeurs, fondatrices de pérennité». En effet, le Président est entendu puisque dès son lancement Carl ZeissVision , le groupe Essilor, Hoya, Rodenstock annoncent qu’ils seront prêts début octobre 2011, pour le Silmo. Ils s’ajoutent donc à Bausch & Lomb, Ciba Vision, L’amy, Lafont Paris et Novacel qui s’étaient prêtés au jeu des pilotes avec succès.

 

La qualité n’est pas négligée

Pour assurer un déploiement massif de qualité, EDI-Optique a décidé de mettre en place de nouveaux outils et de nouveaux processus. Ainsi, les catalogues parvenant aux opticiens seront désormais certifiés conformes par un site que l’association mettra en ligne à l’occasion du Silmo. Parallèlement, un processus de qualité est engagé avec les éditeurs. Un référentiel de qualité pour les logiciels de gestion est en cours d’élaboration. Ainsi, les opticiens gagneront en clarté sur la capacité réelle des logiciels à gérer les échanges électroniques de manière qualitative.

 

 

 

 

 

 

 

Du côté des éditeurs

Pour les éditeurs de logiciels de gestion de point de vente, c’est un enjeu majeur qui se prépare. Le catalogue électronique est au cœur du logiciel. Pour Alexandre Knittel de Sogesa, éditeur du logiciel Opium, « Sogesa a été séduit très tôt par les catalogues OPTO v11. Nous avons tout d’abord intégré les catalogues lentilles dans notre logiciel Opium. Ce domaine souffrait jusqu’alors d’une absence de catalogues robustes. Désormais nos adaptateurs ont toutes les informations du Contaguide dans leur logiciel. L’OPTO v11 facilite également grandement la logistique grâce à la gestion des codes-barres. Les autres produits (verres et montures) seront intégrés dans les prochains mois dans Opium. Manifestement, l’OPTO v11 apporte plus d’information à l’opticien et la qualité est sensiblement mieux maitrisée». Philippe Marteau, directeur opérationnel de Juxta précise «de plus, d’un point de vue technique, l’utilisation d’une norme XML va alléger considérablement la maintenance des outils d’intégration. ». Juxta, et Cristallin annoncent d’ailleurs la disponibilité prochaine de la nouvelle version de leur logiciel.

 

Une révolution se dessine

Pour Jean-Christophe Leroy, directeur du programme EDI-Optique, «au-delà de nouvelles fonctions, le catalogue optique dessine, les frontières d’une révolution pour les éditeurs. Les fournisseurs sont en train de fusionner toutes leurs sources de données pour créer un référentiel unique et le mettre à disposition des opticiens. Ce référentiel, c’est l’ensemble des données qui permettront de construire les logiciels de gestion de magasin du futur dont les utilisateurs ne seront plus seulement les opticiens mais aussi les consommateurs.»

Nouvelle génération de catalogues, outils de validation en ligne, certification des éditeurs, EDI-Optique engage toutes ses forces pour lever les derniers obstacles aux échanges de données et pour intégrer les logiciels de gestion de magasin du futur.

Pour télécharger le standard OPTO v11, cliquez-ici

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont désactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.